Couleur lavande, couleur amande

J'ai été invitée le 1er octobre sur la commune de Forcalquier, à un colloque enthousiasmant ayant pour thèmes "Lavandes et enjeux environnementaux". Un colloque organisé par le Fonds Sauvegarde du Patrimoine Lavandes en Provence (Fonds SPLP prévu depuis plusieurs mois et en plein coeur de l'actualité. Des industriels, des agriculteurs, des acteurs du tourisme sont venus découvrir le programme « Green et lavandes » mise en place par le Fonds SPLP.

Objectifs:

Réduire de 50 % les consommation d’énergie fossiles et émission de CO2 d’ici 2030 pour le cycle de production de l'huile essentielle: Concrètement Green&lavandes c'est

- le développement des couverts végétaux et de l’agroforesterrie

- la formation de 180 producteurs et l'implication de 300 producteurs,

-l'implantation de 180hectares de couverts végétaux, de 1 000 arbres et de 2 kms de haies bocagères

-le développement d'engins agricoles adaptés, fabriquer des prototypes et les tester……

Des interventions de grandes valeurs claires, précises, passionnées. Chacun dans son domaine (agriculteur, expert, industriel,...) communique un enthousiasme débordant pour une agriculture moins polluante, compétitive, de grande qualité, jouant la carte de la transparence pour les industriels et le consommateur, autour de la lavande. Une intervention a retenu particulièrement mon attention. L'agriculture de demain, l'agroforesterie, respect des sols, de la biodiversité, des paysages..... Quand je dis demain, c'est une agriculture déjà existante et qui va se développer très rapidement je pense.

Alain Canet, agronome chez Arbre et Paysage 32 nous explique du simple bon sens. Nos sols sont épuisés. Nous devons retrouver une agriculture logique, vivante. « Un sol doit être nourri, il est composé de limons, sable, argile……. Humus, débris végétaux……..et surtout d’êtres vivants, vers de terres, larves, acariens, collemboles, bactérie champignons. Le sol nourrit la plante qui nourrit le sol. »

L’agroforesterie utilise les couverts végétaux aosociés aux arbres. l s'agit de deux cultures principales dont tout ou partie est restitué au sol. On parle aussi de plante d’interculture ou d'engrais vert. « Cela représente des bénéfices importants, protection des sols, meilleure infiltration, plus de fertilité, moins de travail de désherbage, allègement des charges. On y rajoute des arbres, un point d’eau et on espère que la nature fera le reste. Et la nature est un art et elle fait le reste. Des vers de terres, des larves, des champignons reviennent dans les sols, des abeilles, oiseaux insectes, animaux reconstituent la logique de la nature.
Cette photo prise cet été sur le plateau de Valensole est la technique des couverts végétaux.

Cela va se développer très rapidement car les habitudes des consommateurs changent. Ils veulent un produit de grande qualité, sain et en accord avec le respect de la planète.

Le Fonds SPLP a été crée en 2012 pour« financer des programmes de recherche et de développement visant à trouver des solutions écologiques, pour la préservation des lavandes et  faire prendre conscience des risques de disparition des lavandes en Haute-Provence en partenariat avec de nombreux acteurs et structures locales. ». Il est présidé depuis sa création par Olivier Baussan.

 

Le Directeur Général de l’Occitane, Jean François Gonidec de conclure : "Que l’on y croit ou pas, le changement climatique est là, nos métiers, les vôtres, les leurs vont changer avec, évoluer, nous devons en tenir compte, cette après-midi, je suis fier d’être mécène du Fonds SPLP ".

Et en bout de chaîne, les réseaux sociaux vont faire le reste, c'est à dire la communication. Car ce sont de très belles photos en perspective pour les blogueurs, photographes et touristes car de nouveaux paysages, de nouveaux champs une autre vision de la lavande vont être sculptés par les paysans du plus beau pays du monde, le mien, la Provence.

Ce sont mes terres natales et familliales depuis très longtemps. Ces terres ce sont ma passion, mes émotions, mes créations et réalisations. Il y a 45 ans, mon arrière grand-père Romain Aubergat, métayer à la campagne Arlane sur le plateau de Valensole m’a diffusé sa passion et distillé ses émotions. C’est lui qui m’a transmis la couleur lavande, la couleur amande. C’est lui qui m’a appris la couleur rouge , aride, crevassée comme sa peau , de la terre du plateau de Valensole. Au nom de la terre, en son honneur, en l’honneur de tous les anciens, la prochaine révolution sera terrienne. La nature sera un art, la Provence son nectar.

Naturellement je serai aux premières loges pour ces futures photos.

Je tenais à remercier tous les intervenants passionnés de ce colloque, monsieur Olivier Baussan président du Fonds Sauvegarde du Patrimoine Lavandes en Provence, Sandra Niot et Eric Chaisse organisateurs de ce colloque , Alain Canet directeur d’Arbres et Territoires 32, Rudy Usseglio, président du Crieppam et administrateur du Fonds SPLP, Alain Aubanel, président du CIHEF et administrateur du Fonds, Pierre-Philippe Gary, directeur des opérations Bonthoux Sas et administrateur du fonds. Merci à eux de se soucier de la nature. Je me dis que tout n'est pas perdu. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu cette impression, appartenir à un clan aux mêmes jugements, passions, convictions envers la nature.

Un plongeon en Provence, un cocon dans l'existence.

 

Laure Roux

Haute Vallée du Verdon

La vallée était comme une belle princesse endormie. La princesse se réveille dans une caresse. Et un jour sa vie sera un fil de poésie.  Et dans cette ivresse, je regarde un bain de tendresse.  Vaillance et silence étaient ses seuls amis.  Et au loin les océans, où brûle le présent. La brise du vent, soufflent les tourments. Et avec délicatesse, la main du temps se dresse éternellement.